UN THEME DE COLLECTION
Publié le : 12-03-2009
PETITE HISTOIRE DU NAPOLEON
Le napoléon est né en Italie, à Marengo.

Pour célébrer la mainmise de la France sur le Piémont, après les victoires de Bonaparte, la Commission Exécutive du nouvel état ordonne (22 ventôse an IX - 1801) la frappe en l'atelier de Turin d'une pièce au titre de 900°/oo. C'était le napoléon prématuré, qui prendrait en Italie le nom de marengo.

On s'inspirait du projet de la République Française, non encore mis à exécution et qui le serait par les lois de Germinal an XI (1803).

En effet, Bonaparte ayant pris le pouvoir en France, fit frapper dès l'an XI des pièces de 20 F à son effigie, comme consul puis, comme empereur jusqu'à sa seconde abdication en 1815. Les régimes qui lui succédèrent continuèrent la frappe de ces pièces en quantités jusqu'en 1914 (231 millions sous Napoléon III).

Courantes dans les transactions commerciales, elles étaient rares dans le peuple en raison de leur inadéquation avec les salaires. Le nom de napoléon leur fut attribué par l'usage, même si elles n'étaient toujours à l'effigie du Premier ou du Troisième.

Mis hors cours le 5 août 1914, il fut remplacé par des billets. Il serait désormais coté en bourse. Avec les écus de 5 F, il constituait l'essentiel du "bas de laine" des français. Des millions furent thésaurisés lors de la première guerre mondiale, malgré les appels du gouvernement : "Versez votre Or !". Des refrappes officielles datées de 1907 à 1914 eurent lieu dans les décennies suivantes (emprunt Pinay). La Suisse aussi frappa des 20 F de bourse jusqu'en 1949.

Le napoléon a eu des petits frères et des descendants au cours du XIXéme siècle et au début du XXéme siècle : 20 Franken de Westphalie, marengo dans les états italiens puis le royaume, 20 F belges, 20 F suisse ou vreneli, 20 drachmes de Grèce,20 Lires de l'état pontifical, 20 Lei de Roumanie, 5 puis 7 1/2 Roubles de Russie, 20 dinara de Serbie, 20 Leva de Bulgarie, 20 Pesetas d'Espagne,20 F de Monaco, de Tunisie, 20 Bolivares du Vénézuela, 20 Markkaa de Finlande, 4 Daler des Antilles Danoises, 8 florins 20 Francs d'Autriche-Hongrie.

Beaucoup de ces monnaies avaient cours en France, en vertu des accords de l'Union Latine (ex.Belgique) ou d'accords bilatéraux (ex. Espagne), ou par tolérance.

Au lendemain des ravages de la "Der des der", partagés entre la nostalgie et l'espoir d'un retour à la monnaie d'or, certains états frappèrent encore des pièces de 20 F qui ne circulèrent pas, leur valeur métallique étant de beaucoup supérieure à leur valeur nominale. Citons la Pologne, la nouvelle Yougoslavie, l'Italie, Saint Marin, plus tard encore l'Albanie...

JP ALIX


Publié le : 22-04-2014
NOUVELLE NOMENCLATURE DU FRANC
PROPOSITION POUR UNE NOUVELLE NOMENCLATURE DU FRANC


Collectionneur provincial depuis plus d'un demi-siècle, j'ai commencé par réunir des millésimes français en notant ceux que j'avais, faute du moindre renseignement. Ma première "bible" fut, au début des années 1970, l'ouvrage de Barbara Ernst, sec, mais combien instructif pour un novice. Puis vint la lumière avec le célèbre et toujours actuel "Gadoury". J'ai eu l'honneur d'en saluer l'auteur éponyme lors d'une des premières bourses numismatiques d'Annecy. LE FRANC apparut plus tard, fruit d'un travail collectif considérable de recherches historiques, techniques et économiques sans cesse plus approfondies.

Mon opinion est que M Gadoury a conçu son ouvrage en canadien, pour un pays au régime stable avec une monnaie à l'érosion lente, comme la Suisse ou les Etats-Unis. Les auteurs du "FRANC" on suivi sa classification.

Or, un tel classement vertical du centième au centuple, sur deux siècles, l'or étant séparé, me semble inadapté pour la monnaie française qui a connu de nombreux soubresauts politiques et des période de forte inflation.

Le "Franc Germinal", le "Franc Poincaré" et le nouveau franc n'ont en commun que le nom "Franc". Les deux derniers auraient bien pu s'appeler autrement (écu, gallo, pinet...)

Je proposerais donc un classement chronologique horizontal pour chacun des trois "Francs". Nous éviterions ainsi les doubles, voire triples commentaires pour chaque valeur d'un même type.

Chapitre I : Le "FRANC GERMINAL" jusqu'à la fin des types "Semeuse", "Dupuy" et "Lindauer" en nickel. L'or qui est à la base même du système bimétallique (1/15.5) n'a pas à être classé à part, bien qu'il ne circulait guère dans le peuple. Classement par régime et, le cas échéant par types (Napoléon III et 3éme république)

Chapitre II : Le Franc dévalué (de fait, puis légalement en 1928) je ne dirai pas "décapité" comme M Ledillot dans son ouvrage de 1953.

Classement par régime a)3éme république de Lindauer 1917 - 5C à 100 F Bazor
b) Etat français
c) Gouvernement provisoire et 4éme république

Quelques chevauchements resteront inévitables ( ex Morlon Bz Alu 1941)

Chapitre III : le nouveau Franc puis Franc du 1 C acier aux 100 F Argent.

Ma proposition insiste sur le respect de la chronologie indispensable par la compréhension de notre histoire nationale...
JP ALIX
Publié le : 07-01-2018
[ Page : 1  2  3  ]